1 Point2 Points3 Points4 Points5 Points
Loading...

Tout énoncé, oral ou écrit, est dit ancré ou non ancré (coupé d’une) dans une situation d’énonciation. Si dans un énoncé sont greffées les marques de la présence de l’énonciateur (le locuteur), cet énoncé est dit ‘’énoncé ancré dans la situation d’énonciation’’, si, au contraire, l’énoncé ne comporte en lui aucune marque de la manifestation de l’énonciateur, il est dit alors ‘’énoncé coupé de la situation d’énonciation (ou non ancré dans la situation d’énonciation).

I- Enoncé ancré dans la situation d’énonciation

A- L’énoncé est dit ancré dans la situation d’énonciation quand il porte en lui les marques de sa production. Dans ce cas, l’énonciation est prise en charge par un énonciateur qui laisse les indices de sa présence dans son énoncé : ces indices peuvent être :

a- Des pronoms sujets: je- tu-nous-vous

b- Des adjectifs possessifs : – ma- mon- mes

– ta- ton- tes

– notre- nos

– votre- vos

c-Des pronoms possessifs : -le mien – la mienne – les miens – les miennes

-le tien- la tienne- les tiens- les tiennes

-le nôtre- la nôtre- les nôtres

-le vôtre- la vôtre- les vôtres

d- Des pronoms compléments : me- te- nous- vous

e- Des adjectifs démonstratifs : Ce- cet- cette- ces

f- Des pronoms démonstratifs : – Celui- celle- ceux- celles

– Celui-ci- celle-ci- ceux-ci- celles-ci

g- Des indicateurs de temps : -Avant-hier ; hier ; aujourd’hui ; demain ; après-demain

-Maintenant ; en ce moment, ce matin…..

h- Des marques de conjugaison : -présent ; impératif ; passé composé ; futur simple ; et tous les autres temps compatibles avec ces temps (excepté le passé simple et

le passé antérieur)

i- Des marques de lieu : ici- ci

j- Des exclamations, des interrogations, des interjections comme comme: aïe! Ah! …

-Soulignons les marques de l’ancrage de l’énoncé dans la situation d énonciation.

‘’Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J’ai reçu un télégramme de l’asile :’’Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués. ’’Cela ne veut rien dire. C’était peut-être hier.

L’asile de vieillesse est à Marengo, à quatre-vingts kilomètres d’Alger. Je prendrai l’autobus à deux heures et j’arriverai dans l’après midi. Ainsi, je pourrai veiller et je rentrerai demain soir.’’

Albert Camus. L’Etranger( première page)

(Aujourd’hui ; hier ; je ; sais ; j’ ; ai reçu ; demain ; veut ; hier ; est ; je ; prendrai ; j’ ; arriverai ;je ; pourrai ; je ; rentrerai ; demain soir)

Exercices d’application :

– Soulignez les marques de l’ancrage de l’énoncé dans la situation d’énonciation

a- Il détourne les yeux. C’est ce que je pensais ; je suis considéré comme un danger pour la race simienne. Je suis tout de même heureux de sentir en Cornélius un allié,sinon un ami, Zira a dû lui plaider ma cause avec plus de chaleur qu’elle ne me l’a laissé entendre et il ne fera rien qui puisse lui déplaire. Il me donne l’autorisation de voir Nova, en cachette, bien entendu.

La Planète des singes ; partie III ; chapitre VI- P. Boulle

b- Maintenant je suis captif ; Mon corps est aux fers dans un cachot, mon esprit est en prison dans une idée. Une horrible, une sanglante, une implacable idée ! Je n’ai plus qu’une pensée, qu’une conviction, qu’une certitude : condamné à mort !

Le Dernier Jour d’un Condamné ; chapitre I ; V. Hugo

c-Le garde :’’Allez, allez, pas d’histoires ! Vous vous expliquerez devant le chef. Moi, je ne connais que la consigne. Ce que vous aviez à faire là, je ne veux pas le savoir. Tout le monde a des excuses, tout le monde a quelque chose à objecter. S’il fallait écouter les cons, s’il fallait écouter les gens, s’il fallait essayer de comprendre, on serait propre. Allez, allez ! Tenez-là, vous autres, et pas d’histoires ! Moi, ce qu’elle a à dire, je ne veux pas le savoir !’’

Antigone ; page 55 ; Jean Anouilh